Patti Smith : Horses

Depuis le bouillonnement créatif des années 60, le rock semble sans limite. Les accords binaires autrefois prôné par Chuck Berry et autres Little Richard ne lui suffisent plus et, pour survivre, les groupes doivent innover. Publicités

the sex pistols: never mind the bollocks

Tenue par Malcolm Mclaren , la boutique Sex , spécialisé dans la vente d’accesoire sado mazochiste , vas connaitre un moment historique en 1975. A cette époque, Glen Matlock , le vendeur de la boutique , sympathise avec deux habitués. Partageant le même gout pour les accoutrements loufoques, ils décident rapidement de former un groupe.

the stooges : Fun house

Dans les années 60, Détroit est loin d’être une ville fantôme. Véritable fleuron de l’industrie automobile américaine, la ville voit aussi naitre, dès la fin des années 60, une génération de groupes aussi bruyants que les moteurs de ses harley.

the velvet underground: the velvet underground and Nico

Après une enfance paisible passé à Brooklyn , le jeune Lou Reed entame une adolescence difficile lorsque sa famille part habiter dans un Freeport long island très bourgeois. Pour manifester sa révolte face à un puritanisme ambiant, et contre l’autoritarisme parentale, il devient lunatique. La réaction de sa famille ne ce fait pas attendre et,…

the stooges : the stooges

Quatre délinquants de Détroits, voila ce que sont les stooges. Ayant appris à jouer de leurs instruments en quelques semaines, ils partent rapidement à la conquête des bars les plus pourrit de leurs villes. Ajouter à cela le fait qu’Iggy Pop était un batteur devenue chanteur pour les besoin du groupe, et vous comprendrez pourquoi…

Johnny Thunders: so alone

Johnny Thunder gardera cette image de gavroche rock sacrifié sur l’autel du nihilisme punk. C’est pourtant lui qui initiera le mouvement avec les riffs survolté et minimalistes des new york dolls. Certains diront que McLaren aurait put sauver le groupe, pour écrire une histoire digne de celle qu’il écrira avec les sex pistols quelques années…

television: marquee moon

Si le punk est bien né en 1977, grâce à une bande de faut frère new yorkais, ce fut aussi l’année du succès pour fleetwood mac. Il ne faut donc pas croire que cette année se résumait à une bande d’illettrés musicaux juste capable d’enchainer deux ou trois riff. J’irais même plus loin en affirmant…