Porcupine tree : In Absentia

Qu’est ce qui fait qu’un homme devient un tueur en série ? Quels événements peuvent amener quelqu’un à ne plus ressentir de compassion ? En un mot comme en mille, quel est le chemin qui mène un individu à une absence totale sentiment ?C’est à peu près les questions que peuvent ce poser une partie de la population, shooté au jeux vidéos glauques, et aux fait divers larmoyants, qui font le bonheur des journalistes à la petite semaine. Ce sont aussi les interrogations qui menèrent Steven Wilson à écrire ce qui restera l’album parfait de porcupine tree.

Il faut dire que, quant on voit la notoriété limitée que les combos à toujours eu, il y’a de quoi avoir des idées noires. Aujourd’hui d’ailleurs, les discs non réédité et peut promut du groupe semble réservés aux maniac des bacs à solde, et autres fouineurs de vides greniers.

Mais, à l’époque de » in abstencia » , le groupe est en pleine ascension, et sa signature avec un gros label annonce le meilleur pour la suite de sa carrière. A ce changement de label s’ajoute une découverte majeur, celle du metal progressif.

Si le succès de porcupine tree n’est pas suffisant pour atteindre le grand publique, il a tous de même permis de le faire connaitre sur la scène progressive. C’est donc naturellement que les suédois d’Opeth font appel à lui pour produire l’album « blackwater park » en 2001. Il en résultera un disc qui tient toute ses promesses, et un des rare essaie ou le groupe suédois parvient à concilier ambition progressive et violence metal.

On ne s’étonnera donc pas que, sortie à peine un an après l’album d’opeth, « in absentia » marque l’entré du groupe dans une musique plus heavy. Il serait pourtant ridicule de parler de metal progressif ici, tant le tout est loin de ce résumer à cette violence.

Découvert avec Opeth, la violence du metal n’est qu’une couleur que Wilson ajoute à sa palette sonore. On peut surtout voir un rapprochement entre « in absentia » et le premier King Crimson. Elle sera encore plus présente sur « the raven that refused to sing », album que Wilson sortira quelques années plus tard.

Ici le rapprochement est plus subtil, l’introduction paranoïaque et violente fait immédiatement pensé à « 21st century schizoid man » , mais dans une version plus radicale. Musicalement, ont est plus proche d’un hard prog à la dream theater sur les envolés, et les mélodies ont cette douceurs atmosphérique qui rassurera l’auditeur sur toute les œuvres de Wilson.

Le rapprochement entre « in absentia » et l’acte de naissance du prog est à voir ailleurs. Dans cette ambiance torturée qui est présente tout au long de l’album, dans cette capacité à alterner coup de sang électrique et sensibilitée mélodique sans perdre en cohésion, et surtout dans cette richesse instrumentale qui permet à l’auditeur de redécouvrir le disque à chaque écoute.

Steven Wilson dira lui-même que l’album est sans doute le meilleurs que Porcupine Tree ait produit. La radicalité des albums suivant, qui font réelement entrer le groupe dans le metal prog semble lui donner raison. Certes des albums comme « fear of the blank planet » sont encore très intéressant, mais la radicalisation du groupe ce fait au détriment de son originalité.

J’aurais aimé conclure en annonçant que « in absentia » fut le début d’un renouveau progressif, qu’avec sa nouvelle palette sonore Steven Wilson à dessiné le modèle d’un nouveau chemin merveilleux, l’album avait assez de force pour ça.

Malheureusement ce ne fut pas le cas, et Steven Wilson en est encore à chercher le chemin du succès commercial, qui lui permettrait de devenir plus qu’un expérimentateur génial mais isolé. Aujourd’hui, 16 ans après sa sortie, K scope propose une réédition de cet album mésestimé.

Force est de constater que cette musique n’a rien perdue de sa force, et qu’il serait peut être temps de donner à « in absensia » le succès qu’il mérite.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s