Frank Zappa : Lumpy Gravy

Résultat de recherche d'images pour "zappa lumpy gravy"

1967 sacré année ! Revolver est encore tout jeune et, grâce à lui, les beatles commencent à ce libérer et à explorer les studios d’enregistrements. Pourtant, les accents psychédeliques et mystique de « tomorow never now » ne sont rien comparé aux premières œuvres de Zappa.On imagine bien la panique du manager des mothers qui, croyant avoir signé un groupe de rythm n blues, ce rue sur le téléphone comme un naufragé sur sa bouée de sauvetage. Son avertissement au patron de la maison de disc s’apparente tous de même à un doux euphémisme : « finalement ce ne sera pas tout à fait un disc de rythm n blues ».

Pas tout à fait ?! Acte de naisssance des mother, « freak out » était surtout un délire expérimentale sans précédent, dont les Beatles allaient s’inspirer pour écrire leur chef d’œuvre, alors que « freak out » ne ce vend pas. Les mothers sortiront ensuite un « absolutely free » un peu plus rock n roll, et surtout « we re only in it for the money ».

Pamphlet contre le mouvement hippie et parodie burlesque de sergent pepper, ce n’est pas encore le genre d’album fait pour le grand public. Les 20 petites comptines de l’album multiplie les rythmique irrégulière, les bruitage surréaliste, quant il ne ce payaient pas la tête de Hendrix dans une version absurde de « hey joe ».

Aujourd’hui, le temps à fait son office, et l’album est largement accepté comme un chef d’œuvre de Zappa.

Il a surtout permis au moustachue d’approfondir ses expérimentation en studio. Inspiré par les nouvelles possibilités que ses découvertes lui apportent, il fait sa première infidélité au mother et enregistre « lumpy gravy » son premier album solo.

En réalité, « lumpy gravy » fut finalisé avant « we’re only in it for the money », mais il est sortie après. A son écoute, on peut ce dire que ce décalage fut sans doute un souhait de Zappa, tant le premiers s’affirme comme le coté plus radical du second.

Lumpy gravy est un album radicalement expérimental, et les seuls bribes de mélodies qui s’en dégage rappel furieusement le rock délirant de « we’re only in it for the money ». Sur l’arrière de la pochette, l’interrogation de Zappa s’apparente d’ailleurs à un avertissement à l’auditeur : « Is this the second phase of « we’re only in it for the money ? » ».

A cette question on ne peut répondre que oui, les collages étant ici utilisé à outrance, et les titres ne formant en réalité qu’un tout, fait de scénettes surréalistes. Il en résulte une œuvre qui doit son charme à tous ces collages, accélérations de bandes, et autres bricolage que Zappa ne cessera d’utiliser tout au long de sa carrière.

Une entré dans un monde absurde qu’on conseillera prioritairement à ceux qui sont déjà sensible à l’originalité Zappaienne. Même si il fait partie, comme quelques un de ses discs, de ces œuvres uniques qu’il faut avoir écouté une fois dans sa vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s