Redbone : Redbone

Il fut une époque ou le rock fut un extraordinaire vecteur de tolérance, et ou ses scandales faisaient plus pour l’intégration des minorités que n’importe quel article des actuels bobos journalistes.
Tout le monde a bien sure en tête les titres d’Elvis, qui ont fait rentrer la « culture noire » dans la tête de millions de blancs becs.
Dans la même veine, les déclarations sulfureuses de Bowie, ou la célèbre pochette de transformer on largement contribué à lever le tabou de l’homosexualité.

Mais personne ne citera ce petit groupe, issue des peuples opprimés des tribus cherokee et Apache, qui troqua les armes de ses ancêtres vaincues contre des guitares électriques.
Formé en 1968 , redbone est le seul groupe entièrement constitué de native americans.

Ces musicien n’était pourtant pas des débutant et, après qu’ils ce soit fait un nom en tant que musiciens de studio, Hendrix avait pensé à les rejoindre.
Il ne faut pas oublié que Hendrix est en partie cherokee, et qu’il souhaitait faire partie du premier groupe de native americains.
Le projet ne se fera malheureusement pas, mais le groupe obtient tout de même un contrat d’enregistrement, et sort son premier album en 1970.

Fait exceptionnel pour un premier album, « redbone » (l’album) s’étale sur deux LP.
Cette longueur permet à ces descendants de Geronimo d’étaler leurs dextérités lors de longues improvisation, ou le blues rencontre leurs cultures amérindiennes.

Avec le temps, « redbone » (l’album) aurait pue être reconnue comme un des meilleurs doubles albums de l’histoire.
Unis comme une armé de cherokee prête à défendre la terre de ses ancêtres, redbone y balance un rock carré et aventureux qui ne souffre d’aucun temps mort.

Malheureusement, l’album n’obtient qu’un succès limité et, trois ans plus tard, le groupe enregistre la protest song « We Were All Wounded at Wounded Knee ».
Rappelant le massacre des sioux par la cavalerie US, le titre est boycotté par les radios américaines et, malgré son succès respectable en europe, a sans doute joué un grand rôle dans la disgrâce du groupe.
Redbone ce sépare en 1977 , après une série d’album plus anecdotique les un que les autres.
Désormais, il nous reste cet album grandiose comme dernier témoignage de la grandeur d’un groupe dont la plus grande faute fut de rappeler son passé à une Amérique chauvine.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s