Blues pills : Lady in gold live in Paris

Depuis sa formation en 2011, blues pills semble récolter toutes les critiques que l’on peut imputer à la vague classic rock actuel.
Le premier album fut néanmoins salué par la majorité, qui admettait son importance dans une scène rock qui continue à vivoter grâce à ce genre de petites perles.
Le son était puissant, les titres fédérateur, les influences (surtout issues du hard rock seventies) ce faisaient sentir mais ne masquaient pas la personnalité du groupe.

Et puis, blues pills à fait ce que beaucoup n’osent plus faire de peur de perdre leurs pognons , leurs crédibilités et leurs dignités, après un passage express au tribunal de l’inquisition rock.
Je tiens a signaler au passage que l’inquisition cité plus haut vise autant les « moderniste », qui nous ont survendue le purin new wave , french touch et les radiohead et muse , que les vieux critiques rabougris, qui voudraient que tous reste figé.

Bref, blues pills a sortie « lady in gold » en 2016, et à au moins eu le mérite de réconcilier les deux catégories de publique présenté plus haut.
Ceux-ci déploraient tous un « manque de peps », et étaient presque déjà prêt à annoncer la mort d’un groupe qui, pour eux, avait perdue son âme.
Sans refaire la chronique que j’avais faite à l’époque pour les défendre, je dirais juste que le groupe à sortie un album plein de feeling, qui consacrait sa chanteuse comme une vocaliste aussi impressionnante que Janis Joplin.

Si elle m’a étonné lors de son annonce, la sortie de ce « live in Paris » est une manœuvre intelligente pour faire taire ceux qui avaient enterrés le groupe un peu trop tôt.
Tout d’abord, c’est un symbole important pour une musique comme le rock, qui s’est forgé en concert.
C’est sur scène qu’un groupe dévoile sa vraie valeur, et impose sa place dans la longue histoire du rock.

Les grand groupes de classic rock l’avait compris et, de deep purple aux who , tous ont sortie un album pour immortaliser la grandeur de leurs prestations.
Mais, à l’heure ou youtube permet d’avoir accès à des milliers de concerts, l’album est tombé en désuétude.

C’est pourquoi je ne maintiendrais pas le suspens plus longtemps, tant cet album est excellent et montre que, même à notre époque, l’album live est un passage obligé dans la carrière d’un groupe.
Tous d’abord, la set list est très équilibré et défend aussi bien le premier album que son petit frère mal aimé.
Mieux, si les morceaux du second album sont largement plus puissants que leurs versions studio, ils gardent ce feeling soul qui faisait leurs charmes.

Devant un publique plus qu’enthousiaste, le groupe est comme touché par la grasse et redonne au rock son énergie primaire via une guitare fuzz soutenue par une rythmique pleine de feeling.
Loin d’être en reste, Ellin Larsson brille dans tous les registres.

Cette prestation est une célébration de ce que le rock a de meilleurs et, en l’écoutant, on ce surprend a pensé que l’âge d’or du rock n’est peut être pas mort.
Tant que des disc pareils sortiront, il pourra revivre pour mettre de nouveau tout le monde d’accord.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s